L'histoire de LABASTIDE D'ANJOU


Labastide d’Anjou a toujours occupé une place privilégiée sur l’axe Océan - Méditerranée, à 45 Km de Toulouse et de Carcassonne.

Le 5 Novembre 1364, le Roi de France Charles V nomme son frère Louis d’Anjou, lieutenant général du Languedoc. Brillant par ses qualités militaires et politiques, il se révèle aussi bon organisateur. C’est lui qui fonde La Bastide qui s’appelait au départ “La Bastide du Duc d’Anjou” et qui est la dernière du Sud-Ouest. Sur la voie royale, il manquait un verrou pour contrôler le principal passage qu’est entre les deux mers, le seuil de Naurouze. L’emplacement de La Bastide s’est imposé pour assurer surveillance et police le plus prés de ce point stratégique.

Au XVème siècle, Labastide a connu, comme bien d’autres villages, une période de prospérité grâce au pastel, introduit dans la région par Jean de Bernuy, seigneur de Villeneuve-la-Comptal, Labastide d’Anjou et Lasbordes. Passée la tornade sanglante des guerres de religion, c’est le début d’une ère nouvelle et paisible marquée par la construction et la mise en service du Canal du Midi. Le hameau de Labastide d’Anjou, Le Ségala est fondé dans la deuxième moitié du XVIIème siècle, car c’est le premier endroit où l’on peut s’arrêter après le partage des eaux. Petit à petit, toute une population nouvelle de “baraquiers” s’y installe ; le Canal du Midi traverse le village sur 2Km500.


#

Dans la seconde moitié du XVIII, labastide d’Anjou est déjà l’un des “lieux les plus considérables du diocèse par le nombre de ces habitants” selon l’évêque de Saint Papoul. Il est vrai qu’elle occupe une place de choix sur la route royale au cœur d’une plaine bordée par le Canal et la Rigole. Ses ressources vont croissant, elle attire de plus en plus les populations et devient un centre de négoce vers lequel convergent les localités voisines.

Elle devient officiellement commune en 1777 et opte pour le département de l’Aude malgré sa situation géographique en 1790. Pendant une bonne dizaine d’années, elle s’appellera Labastide du Fresquel, son appellation d’origine rappelant trop la Monarchie.

Le XIX éme voit l’arrivée du chemin de fer, Labastide étant toujours le passage obligé des voies de communications. La naissance d’une usine à chaux a été fortuite, suite aux travaux du tracé de la voie ferrée, ce quia entrainé un nouvel afflux de population.

La localité qui dénombrait 672 habitants en 1790 en compte désormais 1116 et demeure un bourg centre. Elle offre de nombreux commerces et services, des entreprises dans divers domaines, une école de 7 classes, de nombreuses associations. Elle est également tournée vers le tourisme avec le Port du Ségala.

Tout en conservant sa vocation agricole d’origine, labastide a su s’adapter au monde et diversifier ses activités.

En conclusion, il fait bon vivre à Labastide!